Jeff Clark

 

MER ENGOUFFRE MOI

Ce matin dans une ruelle tu fus intrigué par un visage
Dans une lucarne au dessus d'un garage blanc couvert de clématite
je n'apparaîtrai plus
quand ma silhouette aura été effacée
caché ainsi dans ton paysage intérieur.
Je reviendrai comme l'ombre d'une senteur océane
dans l'air de la prairie. Je te toucherai un court instant—
Je jure de ne pas te blesser ou te séduire.
Laisse moi te toucher un court instant, puis détruis moi, car je te l'assure…



© Jeff Clark & Sun & Moon Press / Poème traduit par Vincent Broqua