CES MILLE BRAS D'UN AMOUR QUI PIQUE ET PINÇE

tentative, se rappeler
le monde louche
d'une strip-teaseuse.
Elle marchait et parlait toute
la nuit, portait une robe
la gardait sur elle. Moi
même encore à regarder et à
attendre d'autres
révélations, des éclaircissements
Demi Moore, à demi amarrée.

–––––––––––––––––––––––––

Les dahlias noir-de-sang fleurissent
au front de tous les cadavres
dans le film d'hier soir

je les ai vus hier au Jardin
de même que la pâle lune ridée
d'un hibiscus,
des nénuphars écarlates

rien n'advient
au cœur du mois d'août. Si ce n'est
des éclosions silencieuses.

–––––––––––––––––––––––––

Je prendrai mon anti-matière
anti-matière et distinction,
emmaillotées dans un fantôme
emporte ça.
                 'chanson).
quand je mourrai.

laverai mes poireaux
dans du shampoing Palmolive ce matin.

–––––––––––––––––––––––––

Mort à tous les évangels,
mort au chef de l'état
mort à la rhétorique de monsieur,
mort à nous tous!

Mort à ton salaire minable
Mort à ton odieuse blonde
Mort à ta piété, ton intelligence
Tes efforts au nom de ton peuple;
Mort à tes sentiments délicats
Mort à ton honneur, mort à ton anarchie
mort à tes anciennes coutumes, tes
us charmantes; ta criminalité
mort à ta bonté;
mort à toutes tes mystifications.

–––––––––––––––––––––––––

A l'intérieur d'un monticule un homme la nuit
sur un champ, brume obscure, recouvert de tels monticules
Ne sommes nous pas déjà venus ici? bien sûr.
Et je t'ouvre, il n'y a rien à craindre des fantômes –
Sommes-nous des fantômes? – rien
à craindre de toute manière; il n'aurait
jamais dû avoir quoique ce soit à craindre.
Evolutionniste, il n'y aurait dû y avoir aucune peur,
aucune tristesse...

Plus tard, je ne suis plus morte dans un monticule;
vivante à nouveau, je me trouve dans un grand centre social
avec encore un étage supérieur
et des tranchées en rosace au rez-de-chaussée.
Une imposante présence spirituelle l'habite.
L'âme devrait-elle manger autant
de chocolats, oh et pourquoi pas ? Un
problème plus grave : comment ça peut baiser son
amant, avec tous ces gens autour dans
les tranchées du rez-de-chaussée....toujours
à leur affaire dans la maison!

–––––––––––––––––––––––––

Quand finir–––
la fin elle-même me le dira. C'est toujours ainsi.
Peut-être pas avec ce poème, peut-être le prochain.

–––––––––––––––––––––––––

On se pousse beaucoup,
coups de coude, pressions de doigts. Les personnes
les plus gentilles s'y adonnent constamment;
te poussent à devenir bonne
comme eux.
Et puis, ils pleurent parfois
quand tu ne l'es pas.

                                      J'ai fait en sorte
que ce poème soit pas un chouette endroit.

.......rien qui pourrait priver quiconque
de la liberté intérieure
qui élève la personne au dessus
du globe et de ses petits continents corrompus––

quitte voir cet endroit merdique, dès que tu le désires.

–––––––––––––––––––––––––

Tu es bel homme (toi,
pas toi). Un ensemble en cristal,
un con, totalité coïncidente.

–––––––––––––––––––––––––

On me sert un peu plus de chocolat au dessert
tamale accompagné de mole
morceaux de chocolat cachés dans la garniture.

pendant que je mange, mes comparses étalent
leurs problèmes personnels.
Cette femme hurle qu'elle va subir
une opération et un avortement.
Cet homme est très grand, il n'arrête pas de grandir

Ca m'intéresse, vraiment, mais je mange mon chocolat.
Elle s'en fait également servir–
Prends-le et mange-le espèce de tarée;
d'après moi, la raison de notre présence ici :
étouffer les âmes mièvres. Tu paies aussi pour ça,
on paie pour chaque plat : chacun paie pour que l'autre vive––
Pourquoi?–– sans doute parce que nous sommes de vraies raclures.
Cette gentille femme, là, me fais payer
Elle me fait lui dire que je l'aime tant et plus.
Mange donc, ai-je envie dire, il y a profusion de chocolat

une cerise au cognac glisse dans ma gorge


Traduit par Vincent Broqua


retour