L'héroïne porte un imperméable sombre et des lunettes
teintées.

Un homme arrive.
Il pose sa main sur le tabouret situé à côté d'elle.
La conversation s'engage, il est 3 heures de l'après-midi.
MURIEL laisse faire les choses, le monde évolue autour
d'elle, malgré elle.
Elle laisse depuis toujours des traces sur les filtres des
cigarettes.
Messages, bouteilles à la mer.


L'héroïne est un corps en mouvement avant d'être une
pensée en acte.


Du juke-box parvient une douce mélodie.


          -- Jeff ? …
          -- …
          -- Je passerai par le drugstore.
          -- Je voulais vous dire combien je pense à vous.


-->