Première époque : le voyage des amants.
Autour du Héros, malgré lui, une histoire d'amour est
possible comme l'air ou la dureté du sol.

Son corps exprime quelque chose.
De près, vous devinez sa capacité de compréhension,
au cinéma, sa fin est spectaculaire.
Il nage, combat des adversaires, scrute l'horizon,
incomplet, coïncide avec son auteur.
De Madrid à New York, de Londres à Paris, on le rencontre
sous des apparences multiples avec des femmes
exceptionnelles.
Dans les bras d'une héroïne, on le devine crédule.
Sa démarche et son silence ont été l'objet de vains
commentaires.
(Comme son innocence et sa propension à l'échec.)
Le Héros ne doit pas donner la certitude d'une conclusion
mais seulement combler les temps morts.

          -- JEFF,
On lui coupe la parole.
          -- Vous êtes difficile…

En tenue de soirée devant un miroir, nouant sa cravate.

On sonne. Il se retourne et sort du champ visuel.


-->